Morale (3): profondeur d’information – La dimension complexe

Évolution et profondeur d’information

Avez-vous compris comment fonctionne Surimposium ? Toute explication de concept peut être approfondie vers le bas de la dimension complexe. Que trouve-t-on à descendre ainsi plus loin l’origine de la morale ? Quelques auteurs s’y sont aventurés : John Mayfield, Jean-Paul Delayahe. Ils soutiennent que l’évolution en biologie est une augmentation de la profondeur d’information, telle que définie par Bennett. Le principe général est celui-ci : La réalité en tant que processus perfectionne des outils réduisant le temps de calcul (compression de l’information) et préservant les résultats dans des structures de plus en plus organisées, c’est-à-dire de profondeur logique croissante. L’intérêt de cette théorie est qu’elle s’applique à l’univers physique avant même d’en arriver à la biologie. La continuité de la dimension complexe est assurée.

Où apparaît la morale dans cette histoire ? Elle correspond à un principe de maximisation de la profondeur logique de Bennett. Prenons un exemple : nous jugeons moral de préserver une espèce en voie de disparition. La mort en 2019 de Sudan, le dernier rhinocéros blanc mâle, nous affecte davantage que celle d’un rongeur ou d’un pigeon dont les espèces prolifèrent. Il se trouve que la mort d’un rongeur commun n’affecte en rien la profondeur logique de Bennett appliquée à l’écosystème, tandis qu’elle est réduite par la disparition d’une espèce. La morale protège la diversité.

Le rapprochement vous paraît loufoque ? En fait le principe déborde largement la biologie dans nos appréciations courantes. Nous sommes davantage navrés par la destruction d’un livre rare, de traces de civilisation ancienne, ou la mort prématurée d’un Évariste Galois, mathématicien de génie éteint à 20 ans. Tous ces accidents fragilisent la diversité du monde. La diversité, c’est la profondeur logique.

Synergie sociale du conservatisme et de la diversité

Cependant il ne faudrait pas, comme tendent à le faire les auteurs cités, réduire la morale à ses micromécanismes ontologiques. Faire de la diversité le principe essentiel à protéger en matière de morale ? C’est négliger le fait que les niveaux de profondeur logique ont une indépendance relative. Ils ne peuvent s’additionner que sur des stabilités sous-jacentes. La diversité impose des choix, et la morale des conservatismes. Ne pas les respecter, sous prétexte que toutes les solutions ont droit de cité, ferait imploser la complexité. Peut-être pour reconstruire un meilleur édifice ? La morale n’en donne aucune garantie.

*

Continuez avec À la recherche d’un principe moral fondamental
Retour à la page Synthèse: morale

Laisser un commentaire

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.