Mon adversaire a-t-il le droit d’exister ?

Lorsque des actes me scandalisent, il est facile de tomber dans un radicalisme qui dénigre à l’auteur de ces actes le simple droit d’exister. Cruauté, terrorisme, perversion, insensibilité de psychopathe ou de bureaucrate, idolâtrie, comment de tels individus peuvent-ils faire partie du décor ? Mon dégoût s’étend facilement à celui qui tente d’expliquer l’origine des déviances, … Lire la suite

« Le cancer guérit les névroses »

Pourquoi des maladies graves ou des accidents ont-ils cette faculté, fréquemment, de redresser l’esprit, lui faire reprendre sa bonne marche ? La dimension temporelle de la personne réapparaît. Au lieu d’être un présent perpétuel en train de se succéder, l’existence redevient pourvue d’un début, milieu et fin. L’esprit, paresseusement empâté de ses habitudes, distribuant des avis … Lire la suite

Extraverti et introverti

Deux identités bouillonnantes Certaines personnes n’existent pas sans une profusion de signes d’existence. Collectivisme. Mais dans quel sens ces signes sont-ils dirigés ? Indiquent-ils un intérêt spontané de la personne pour le collectif ? Ou forcent-ils le collectif à s’intéresser à la personne ? Les signes sont mélangés. Pas d’emblée facile de les trier. Même si vous êtes … Lire la suite

Instant ou durée, pour le sens de la vie ?

S’attarder ou non sur l’instant La sagesse consiste-t-elle à faire de l’instant la signification essentielle de la vie, parce que c’est la seule réalité, que tout le reste n’est que pensée ? Ou est-ce une folie, parce que justement ce qui n’existe qu’un instant ne vaut pas la peine qu’on s’y attarde ? Regardez la question de … Lire la suite

Comprendre les troubles psychiques avec 2 grandes catégories

Lu dans ‘Méchant garçon’, un policier de Jack Vance: —Moi, je sais que j’ai au moins deux esprits en moi qui fonctionnent sans arrêt. Parfois je déconnecte celui du dessus pour pouvoir me rendre compte de ce que fera celui du dessous. Je vous assure qu’il se passe des choses très intéressantes. C’est un jeu … Lire la suite

Pourquoi ce besoin de haïr parfois nos très proches ?

Deux raisons contradictoires Dans ‘Sur le double jeu du je t’aime’, Alexandre Lacroix propose deux explications au fait de haïr momentanément les personnes auxquelles nous sommes le plus liés. Soit nous cherchons à reconquérir une marge de liberté; soit au contraire nous nous identifions tellement à l’autre que nous devenons aussi intraitables envers lui qu’envers … Lire la suite

Refuser le discours normatif du deuil?

Dans une interview sur Philomag, Vinciane Despret part en guerre contre l’expression ‘faire son deuil’, qui imposerait une norme à la psyché. Elle donne l’exemple d’une amie en psychothérapie pour le deuil de son fils, qui s’est vue conseiller de parler de lui au passé plutôt qu’au présent. L’amie s’est rebellée : « Ma psy est là … Lire la suite